Le web magazine 100% Apnée Tuesday - Sep 21, 2021

[ITW FLASH] Arthur Guérin-Boëri nage 120m sans palme sous glace


AGB 120m underwater

[photo de couverture Aubin Vaissiere – Almo]

Ce 25 mars 2021, en Finlande,  Arthur Guérin-Boëri a battu  le record du monde CMAS en apnée dynamique sans palme en parcourant 120m sous la glace avec combinaison.

Le champion français nous a livré sa réaction après son record.

Comment se sont passés les jours précédents ton record ?

Les jours précédents le record ont été très centrés autour de l’organisation, et du tournage du documentaire. Plein de choses se sont décidées à la dernière minute, et donc je n’ai véritablement eu qu’une journée de « repos » avant la tentative.

Quelles étaient les conditions du jour pour le record (température de l’air, de l’eau…) ?

Plutot doux coté air, je crois qu’il faisait entre 2 et 5°C. Par contre dans l’eau, c’est toujours autour de 1-2°C !

Comment t’es tu préparé à H-1 ?

H-1, comme sur toutes les grosses échéances, je me repose un maximum. Je m’hydrate, je lève les jambes. Kiné avec Vincent Pouyet qui était avec moi. Et beaucoup de visualisation.

Côté matos qu’est-ce que tu as utilisé ?

Coté matos, une Vortex 2mm d’Epsealon. Le masque est un Sea Wolf d’Epsealon, la version teintée (« Red Flash » comme ils l’appellent). J’avais aussi une longe Epsealon. Leur dernier modèle, parfait pour le CNF et le sous glace, grâce au système Quick Realase, qui permet d’enlever le scratch de poignet avec uniquement l’anneau et la goupille, beaucoup moins gros et donc opposant moins de résistance à l’eau. Avec ça j’avais une ceinture Petzl toute simple, un plombs de cou Chabaud de 6.5kg, et une Tag Aquaracer au poignet ! Sous la combi, c’est Nage Libre qui m’équipe en maillots. Avant le départ, un DryRobe pour rester au chaud sur la glace, et une paire de Crocks (indémodable). J’ai aussi une paire de gants et de chaussons Epsealon que j’enlève au dernier moment.

Comment s’est déroulée ton apnée ? 

Beaucoup mieux que ce à quoi je m’attendais. La prépa a été superbe. J’ai vraiment réussi à faire ce que je voulais notamment en FRC, et j’avais donc une grosse zone de confort (important en eau très froide). L’envie de respirer est donc arrivée vers 40m (versus 20m normalement à cette température). Il a fallu que je commence à vraiment me concentrer pour dépasser la difficulté aux alentours des 80m. Donc une phase délicate de travail d’environ 40m uniquement. Ce qui est très peu (sur mon 221m DNF en bassin, c’est fin de la zone de confort à 50m, et vrai travail de dépassement dés 100m). Les 10 derniers mètres étaient, comme chaque fin de perf, plutôt vécus comme un retour à quelque chose d’ « agréable » (c’est presque fini). Je n’ai pas trop subit le froid, même si ma combinaison a pris l’eau (déchirée à quelques endroits). J’étais donc très bien acclimaté.

As-tu songé de virer à 120m pour faire un peu plus que la distance annoncée ?

Impossible ! Le protocole CMAS l’interdit ! Et puis en terme de sécu ça serait ingérable. Ce qui est certain c’est que j’en avais encore sous la pédale oui !

une petite perf en maillot de bain sous la glace de Finlande pour te tester avant le projet de record au Canada ?

Non malheureusement je n’ai pas pu me mettre en maillot sur le parcours. Mais j’ai fais quelques plouf dans des trous de glace que nous avions creusé près de la cabane de Johanna Nordblad qui nous servait de base. Aussi, je me suis tellement mis à l’eau pour les besoins du tournage que je n’avais pas trop envie d’y aller plus que nécessaire. L’eau à 1°C, c’est épuisant, même quand on est acclimaté !

Que ressent-on lorsqu’on carpe de l’air à -6 degrés ?

Absolument rien ! Je dirais même que c’est agréable. C’est vivifiant ! C’est plutôt pour les pieds et les mains que c’est délicat. Et surtout la tête. Heureusement j’avais la cagoule de la Vortex, mais l’année prochaine, ça sera une autre paire de manche.

Rendez-vous l’année prochaine, au Canada, pour un nouveau record du monde sans palme mais SANS COMBINAISON cette fois !