Le web magazine 100% Apnée Saturday - Apr 21, 2018

INTERVIEW EXCLUSIVE : Aurore Asso ou les chemins de la profondeur


Crédits photographiques:
DAAN VERHOEVEN (Kalamata, 2013)

INTERVIEW EXCLUSIVE FRANCE-APNEE du 28 février 2014
Le 18 décembre dernier dans un cénote mexicain la Niçoise Aurore Asso a réalisé un record du monde Guinness™ avec une apnée dynamique de 120m. France Apnée a voulu en savoir plus sur cette performance atypique en contactant la championne. C’était aussi pour nous l’occasion de revenir sur le parcours d’Aurore et de parler de ses projets futurs.
La championne française d’apnée la plus expérimentée a répondu à nos questions avec beaucoup de sincérité et de sensibilité.

FRANCE APNEE : Aurore, on a récemment vu sur internet que tu avais fait un record Guinness™ d’apnée dynamique en milieu naturel au Mexique. Peux-tu nous raconter comment t’es venu cette idée? Comment as-tu préparé cette performance?
AURORE : Cette idée m’est venue lorsque je me suis luxée l’épaule au printemps 2013 et que je ne pouvais plus m’entraîner. Dans cette période d’immobilité, une grande réflexion s’est imposée à moi : Pourquoi faisons nous des records ? Il m’est apparu clair à ce moment là que faire des records pour être le ou la meilleur(e) et satisfaire son ego est une motivation assez égoïste. Avec ce record dans les cénotes je voulais faire d’une performance d’apnée et d’un record, un engagement pour l’environnement.
J’ai préparé ce record essentiellement à Nice avec une préparation physique classique et des entraînements en piscine pour améliorer la technique d’ondulation.

photo Facundo Fernandez Cénotes au Mexique 2013

photo Facundo Fernandez Cénotes au Mexique 2013

FRANCE APNEE : Au delà de l’aspect sportif, il y a dans ce record un superbe aspect visuel. Est-ce que c’est ce côté qui t’as le plus attiré dans cette aventure?
AURORE : J’ai été saisie par la beauté des cénotes en 2010, un coup de foudre, une émotion esthétique rare liée aux jeux de lumières, aux écosystèmes précieux recelant des espèces endémiques étranges, aux légendes Mayas enfouies dans les galeries, aux vestiges préhistoriques et à cette force de réintrospection que vous donne l’eau de ces rivières souterraines. J’étais là pour faire un reportage pour France 2 sur le record Guinness™ de Carlos Coste mais quelque chose c’était déclenché en moi comme une histoire d’amour entre moi et les cénotes. Sur le record de Carlos J’ai rencontré Luis Leal l’instructeur de plongée spéléo en charge de l’organisation du record. Il m’a aussi formé cave diver et il est devenu un ami dont je partage le combat pour la protection des cénotes.
Ce qui m’a plu tout de suite c’est l’impression d’être connecté à l’aquifère, et puis faire de l’apnée dans un cénote c’est comme voler. J’y pense souvent comme si une petite part de moi était restée là bas

photo CEDRIC BALAGUIER Cénotes au Mexique 2013

photo CEDRIC BALAGUIER Cénotes au Mexique 2013

FRANCE APNEE :Venons en à l’apnée compétition. Lors des derniers championnats du monde individuels à Kalamata, tu as repris le record de France d’immersion libre avec une perf à -72m FIM. Tu as peu communiqué sur ce record et sur ces championnats, est-ce un choix? La discrétion serait-elle une force?
AURORE :Ce record était pour moi une vraie surprise car je venais à peine de guérir mon épaule de la luxation et je n’avais même pas envisagé de faire l’épreuve à Kalamata. Mon objectif initial à Kalamata était de retrouver mon niveau en poids constant. Mais quand une contracture est survenue à ma jambe gauche, m’interdisant de mettre la palme pendant 4 jours, pour ne pas me décourager j’ai continué d’aller en mer car il m’ était impensable de rester à l’hôtel sans rien faire. Il fallait que j’aille dans la mer, et la seule chose que je pouvais faire c’était de immersion libre, tranquillement et sans pression et c’est là que les belles sensations sont revenues là où je ne les attendais pas. Mon épaule était guérie en 4 mois ma kiné, Alexandra Gibbardo avait fait un travail impressionnant!! C’est parce que j’ai eu la joie de retrouver des bonnes sensations en profondeur et de sentir mon épaule guérie que j’ai pu reprendre à ce moment là une progression rapide en immersion libre.
Je suis plus à l’aise dans la discrétion c’est vrai car savoir que les gens attendent mes résultats ça me met la pression j’ai peur de les décevoir. De plus je ne suis pas une adepte des réseaux sociaux je m’oblige à les utilise comme moyen de communication, mais je n’ai pas le souffle pour m’y afficher, ça me dérange, ça intente à ma liberté.

FRANCE APNEE :As-tu envie d’aller chercher le record de France de poids constant détenu actuellement par Alice Modolo avec -81m CWT?
AURORE : Avant de parler de projet de record je dois absolument retrouver des bonne sensations en poids constant dans la zone des 70 car s’il n’ y a pas de plaisir il n’y a aucune performance possible, je l’ai bien vu à Kalamata. J’aimerais retrouver ce sourire intérieur des profondeurs que j’avais en 2012, cette sensation d’infini qui vous colle à la peau et qui vous porte. Ça oui je veux!

FRANCE APNEE : On te sait plus proche de l’apnée en mer et moins adepte de l’apnée chlorée. Pourtant pour être sélectionné pour les championnats du monde par équipe de 2014 il faudra aussi valider des performances en piscine (STAT+DYN). Vas-t-on te voir sur le circuit AIDA en indoor du côté de Nîmes ou La Ciotat par exemple?
AURORE : Je ne sais pas encore

FRANCE APNEE : Si tu devais participer à ces mondiaux qui auront lieux en Sardaigne en septembre prochain, quelle serait pour toi la « dream team » pour les filles? A ton avis est-il possible de franchir l’ultime marche du podium?
AURORE : Évidemment on voudrait refaire équipe avec Sophie et Alice mais on n’a encore rien fixé.

FRANCE APNEE : En 2003 tu intégrais pour la première fois l’équipe de France AIDA, quel est ton secret pour rester au plus haut niveau plus de dix après ?
Au-delà des perf, des records, on sent bien que chez toi l’apnée dépasse l’aspect sportif. Quel rapport as-tu à l’apnée?
AURORE : Il y a beaucoup de gens qui débarquent dans l’apnée et en deux ans se retrouve à 70 m et plus. Ils ont une approche très sportive et « consomment » l’apnée comme un sport outdoor à sensation. Le risque d’aller trop vite, c’est de se lasser mentalement, car arrivé à certaines profondeurs il faut gérer le mental, la peur de la syncope, le risque des squizz, l’engagement dans la progression tout ça…
Moi j’ai une approche de l’apnée un peu différente car j’ai grandi avec l’apnée et je suis devenue une adulte avec l’apnée. J’ai commencé l’apnée en Grèce dès l’âge de 8 ans avec mes parents pour aller pêcher des oursins et des cols d’amphore qui me faisaient rêver des civilisation antiques. Puis c’est avec Claude Chapuis que j’ai à l’adolescence appris dans l’eau, le courage, la discipline, le discernement et ce n’est que plus tard que je me suis mise dans l’aventure des compétitions et des records. Aujourd’hui, j’ai une approche de l’apnée de plus en plus philosophique, et le questionnement intérieur sur la liberté, le temps, l’espace, la nature, que la pratique de l’apnée me procure motive mes performances plus que les podiums.

FRANCE APNEE : Hormis les mondiaux 2014, as-tu des projets liés à l’apnée?
AURORE : Je voudrais continuer d’autres aventures comme celles des cénotes: utiliser l’apnée pour sensibiliser le sens à la protection de l’environnement.

FRANCE APNEE : Depuis toutes ces années, tu en as croisés des « freedivers » un peu partout dans le monde! Quel regard as-tu sur l’apnée d’aujourd’hui? Qu’est-ce qui a le plus changé depuis tes débuts?
AURORE : Ce qui a changé c’est que tout va beaucoup plus vite. Avant il fallait découvrir par soi même les techniques de compensation, le bon matériel à utiliser etc…aujourd’hui l’apnée est un vrai sport avec des cours, des stages, des compétitions, du matériel bien plus performants donc il est plus facile de pratiquer aujourd’hui et cela est très positif!

FRANCE APNEE : Aurais-tu des conseils à donner aux nouvelles générations?
AURORE: Avant de regarder votre profondimètre, regardez profondément à l’intérieur de vous même

FRANCE APNEE : le mot de la fin ?
AURORE : Ce record dans les cénotes est très important pour moi car il marque mon premier engagement concret pour l’environnement. Pour la première fois je pouvais relier mes compétences de réalisatrice de documentaire et d’apnée au service d’une cause environnementale. Je voudrais continuer cette démarche qui me porte!

photo luis leal Cénotes au Mexique 2013

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *