Le web magazine 100% Apnée Monday - Jun 25, 2018

DOSSIER : Mondiaux AIDA outdoor – Limassol 2015


11147847_1693051427584894_4151953929360787797_o

C’est dans un climat assez tendu qu’ont débuté les championnats du monde de profondeur AIDA. En effet suite à l’incident dont a été victime Guillaume Néry (lire notre interview), AIDA international a du prendre des dispositions. D’où la déclaration suivante du président Kimmo Lahtinen :

 » Comme la plupart d’entre vous le savent peut-être déjà, il y a eu un grave problème de sécurité hier durant la compétition organisée avant les championnats du monde ; La ligne a été réglée à 10 mètres plus profond que la profondeur de plongée annoncé. En conséquence, l’athlète expérimenté a eu une syncope avant d’atteindre la surface. Les juges de cette pré-compétition étaient Ute Gessman, Robert King, et Savvas Savva.
Afin d’avancer sur les décisions prises, tout d’abord le rappel de quelques faits :
La première journée des championnats du monde de la compétition sera le 14 Septembre (lundi prochain – après 2 jours).
L’Assemblée a élu les juges suivants pour la compétition des Championnats du Monde de Chypre:
Jury du concours:
King, Robert – 18 votes, Gessmann, Ute – 17 votes, François, Jean Pol – 16 votes, Prochazkova, Pavlina – 16 votes, Bojovic, Petar – 13 votes, Rylov, Denys – 12 votes
Votes pour les autres candidats (réserve): Wiberg, Rolf – 11 votes, Graves, Grant – 10 votes, Russu, Alexander – 10 votes, Contreras, Gabriela – 9 votes, Hawranek, Tom – 4 votes, Zinchuk, Natalia – 3 votes, Zinchuk, Arkadiy – 3 votes, Sabeh, Wessam – 2 votes
Reconnaissant les faits ci-dessus, et d’autre part que l’erreur humaine durant la pré- compétition était grave ; les décisions ci-dessous ne sont pas faciles.
Après avoir discuté avec le président du jury des championnats du monde JP François ainsi qu’avec Petar Bojovic (Aida juge responsable), Carla Hanson (secrétaire Aida), Ute Gessman, Guillaume Nery, et plusieurs autres personnes, j’ai décidé que nous ne suspendrons pas les juges Aida du Championnat du monde. En premier il y aura une enquête approfondie sur ce qui est arrivé, suivi par les conclusions, et enfin les mesures qui seront prises à la suite des conclusions. Le processus sera, dans cet ordre, et non l’inverse. Cependant, le vice-président du jury de la compétition sera changé immédiatement et Savvas Savva se concentrera uniquement sur les responsabilités opérationnelles pour le Championnat du Monde.
A l’issue de la compétition des championnats du monde, l’incident survenu dans la pré-compétition sera étudié dans son intégralité et des mesures appropriées suivront. Pour l’instant, nous allons nous concentrer sur la compétition des championnats du monde à Chypre, car il y a rassemblés les meilleurs apnéistes du monde prêts à concourir pour le titre de champion du monde.
Hier, il y a aussi eu plusieurs menaces et critiques sévères contre moi personnellement et contre AIDA International, en tant qu’organisation. Ces personnes ont exigé que je suspende les juges de la pré-compétition immédiatement ou « Aida sera détruit ». Pour ces personnes, je veux juste dire que Aida n’est pas régie par des menaces, des ultimatums et des opinions fortes. Certains d’entre nous croient encore aux décisions démocratiques, même si elles ne sont pas toujours parfaites et ne répondent pas aux désirs de tous. »

Finalement les deux juges impliqués dans l’incident de Guillaume Néry, à savoir Ute Gessman et Robert King, ont démissionné peu avant le début de la compétition.

Ce contexte de crise au sein d’AIDA international va sans doute avoir des répercutions sur le plan sportif.

Le programme des championnats :

vendredi 11 septembre : Cérémonie d’ouverture
samedi 12 septembre : entraînement CWT, FIM, CNF
dimanche 13 septembre : entraînement CWT, FIM, CNF
lundi 14 septembre : compétition en poids constant sans palme CNF
mardi 15 septembre : entraînement en poids constant CWT
mercredi 16 septembre : : compétition en poids constant CWT
jeudi 17 septembre : jour Off / entraînement
vendredi 18 septembre : entraînement en immersion libre FIM
samedi 19 septembre : compétition en immersion libre FIM

L’Equipe de France

ranch team

12017518_10153126503356546_2078001005571018771_o

1- Le poids constant sans palme – CNF (lundi 14 septembre)

Le King du CNF, William Trubridge, a annoncé 94m, une profondeur assez éloignée de son record du monde à -101m. Avec 90m annoncés, le Français Morgan Bourc’His était en embuscade pour garder son titre. 90m est la profondeur de son record de France réalisé la semaine dernière. Alexey Molchanov, qui vise clairement le titre en poids constant mercredi, a annoncé 85m en CNF. Ces trois athlètes ont fait des annonces raisonnables par rapport à leur niveau. Aucun PB, NR ou WR pour eux.


Les annonces en CNF pour l’Equipe de France AIDA :
– Morgan Bourc’His : 90m
– Rémy Dubern : 68m
– Nicolas Aubry : 60m
– Stephan Saxtsad : 55m
– Philippe Taglioferri : 42m

annonces 1 copie

Morgan Bourc’His ne valide pas sa plongée

Le champion du monde 2013 de poids constant sans palme n’a validé pas sa plongée à son retour en surface après -90m CNF en raison d’un protocole trop long. Le Marseillais ne prend pas de médaille cette année en CNF.

photo : Daan Verhoeven

photo : Daan Verhoeven

 

Retour avec Morgan Bourc’His sur l’épreuve de poids constant sans palme à Chypre. Très marqué par l’accident de Guillaume Néry, Morgan n’était plus aujourd’hui en pleine possession de ses moyens physiques et mentaux.
Voici notre entretien avec le champion Marseillais qui revient avec beaucoup de sincérité sur des mondiaux qui s’annonçaient pourtant prometteurs :

►FRANCE APNEE : Morgan, ce matin tu as plongé à -90m sans palme pour tenter de garder ton titre de champion du monde. Tu as été à deux doigts de réussir. Quelle est ta réaction ?

► MORGAN BOURC’HIS : J’avais déjà réalisé cette performance le 8 septembre, avec une maîtrise évidente. J’étais alors à ce moment là en pleine possession de mes moyens. Et puis vous savez tous ce qui est arrivé à Guillaume. Aujourd’hui je n’étais plus à 100% de mes capacités. Mon échec est logique, je n’avais pas -90m dans les bras et les jambes au vu des derniers évènements. Ça ne se joue à pas grand-chose, un protocole de 17s au lieu des 15 réglementaires. Je ne suis pas en samba, j’ai besoin de temps pour revenir tout simplement. Mais je suis trop marqué par l’hypoxie.
Je savais que William avait peu de chance de réussir, ces derniers entraînements ont été très chaotiques. Je n’avais pas forcément de pression par rapport à l’enjeu, je venais surtout pour moi et ma progression. Après, être deuxième annonce et savoir que le premier peut vaciller a du quand même me faire travailler l’inconscient.
►FRANCE APNEE : Comment s’est déroulée cette plongée ? Il faut rappeler à nos lecteurs que tu avais réalisé aisément cette performance il y a une semaine dans le cadre de la pré-compétition; ce qui t’avais permis de battre ton propre record de France.

► MORGAN : Suite à mon annonce la veille, la pression est montée progressivement, pour ne plus me quitter pendant la nuit, au matin, pendant le transport et ma préparation. Je me suis dit que sous l’eau, et c’est souvent le cas, la pression partirait. J’espérais me sentir un peu plus solide. Ma descente se déroule correctement, un peu juste en bas sur la compensation cependant. J’entame mon virage et je me dis que ça devrait le faire. J’entends le bruit du scooter sous-marin mais je ne me souviens plus exactement la rencontre avec les safeties. Pour le reste, tout est mécanique et reflex, mais sans vraiment être présent. Le temps d’apnée était tout à fait correct pour moi (3’21 à comparer avec les 3’28 de la précédente plongée le 8 septembre).

►FRANCE APNEE : Depuis jeudi dernier avec l’accident de Guillaume Néry, on imagine que les jours qui ont suivi ont du être émotionnellement compliqué d’autant qu’on sait que tu es très proche de Guillaume. Est-ce que cet accident a eu un impact aujourd’hui sur ta perf ?

► MORGAN : Je suis arrivé fort et motivé sur cette compétition. Je ne m’étais jamais aussi bien préparé que pour ce championnat. Et lorsque je valide mes -90m à la pré-compétition, je suis renforcé dans cet état d’esprit. Mon protocole était solide. J’ai adoré la sensation de maîtrise sous l’eau. Guillaume réussissait -126m à la palme, nous étions au sommet de nos capacités. Et puis il y a eu cet accident, dévastateur, si inimaginable. Guillaume est encore parmi nous car c’est un athlète exceptionnel. A la suite de cela, nous nous sommes beaucoup investis par mail notamment auprès d’AIDA International, des organisateurs, avec quelques autres athlètes étrangers, pour faire évoluer toute l’organisation, faire pression. Ces quatre jours m’ont vidé de mon énergie et de mon envie. J’ai été clairement affecté dans ma plongée aujourd’hui, je n’étais plus à 100%. Le problème est que je savais tout cela, mais que je ne l’ai pas accepté. Je me suis retranché derrière mon annonce. Avec le recul, il est clair que j’aurai du annoncer moins. Mais tous ces évènements m’ont fait perdre ma lucidité.

►FRANCE APNEE : Dans quel état d’esprit étais-tu ce matin ?

► MORGAN : J’étais stressé comme jamais. J’ai peu dormi et mal. Je savais que j’allais à l’échec. Et je m’étais dit la veille qu’Alexey allait être champion du monde. Difficile de sentir que tout est écrit et de ne pas avoir le bon-sens de s’adapter, composer avec l’adversité pour arriver à modifier une part de l’histoire qui se déroule sous vos yeux. Je n’ai pas pu retourner le scénario à mon avantage, mais je n’en avais pas les moyens psychologiques. C’est toujours plus facile d’analyser après.

►FRANCE APNEE : Morgan, mercredi aura lieu l’épreuve de poids constant. Vas-tu y prendre part ? As-tu réussi à t’entraîner ces derniers jours sur cette discipline ?

► MORGAN : Je dois y prendre part même si je n’ai plus l’envie du départ. Je vais clairement voir mes objectifs à la baisse (-107m à l’origine) pour terminer sur une plongée paisible.

►FRANCE APNEE : Une dernière question, comment va Guillaume Néry ? Etait-il à tes côtés ce matin pour te soutenir ?

► MORGAN : Il se remet bien, heureusement pour lui. Il était mon coach, et il est très déçu bien entendu. Il est resté pour nous épauler tous. Il ne plongera pas pour l’épreuve mais il tient à finir avec nous

Trubridge syncope, Molchanov champion du monde

William Trubridge a une fois de plus syncopé après une plongée au-delà de 90m en CNF. Le Néo-Z avait annoncé 94m (pour mémoire son record du monde est à -101m).
Avec 85m validé, Alexey Molchanov devient champion du monde de poids constant sans palme. Première médaille d’or pour le Russe sur ce championnat du monde AIDA et ce n’est sans doute pas fini…

Derrière on trouve le champion espagnol (NR) et le Polonais Mateusz Malina. Tous les deux ont réalisé 76m CNF.

Alexey Molchanov par Daan Verhoeven

Alexey Molchanov par Daan Verhoeven

Chez les filles les grandes favorites tombent…

Nataliia Zharkova et Jeanine Grasmeijer avaient fait les plus grosse annonces. Les deux ont syncopé.

C’est la japonaise Sayuri Kinoshita avec 58m qui devient championne du monde devant Estrella Navarro avec 50m et Jennifer Wedland avec 46m (record d’Allemagne).

Jap copie

Sayuri Kinoshita par Daan Verhoeven

Et la French Team ?

– Morgan Bourc’His : 90m / disqualifié (protocole trop long)
– Rémy Dubern : 68m / White Card OK
– Nicolas Aubry : 60m White Card OK
– Stephan Saxtsad : 55m White Card OK
– Philippe Taglioferri : 42m Disqualifié (Syncope)

11 syncopes, c’est trop !

Sur cette épreuve, qui est la plus accidentogène, il y a eu 11 syncope soit environ 30% des performances. Une hécatombe qui une fois de plus ne donne pas une bonne image de l’apnée en compétition. Pour Stéphane Tourreau «  c’était un peu l’hécatombe !  Les annonces assurés avec une bonne marge ont eu leur place dans le résultat final. La pression des performances en profondeur sur un championnat du monde est grande, il faut la prendre en compte; ce ne sont pas les mêmes. »

Les résultats complets

result CNF

 

2- le poids constant – CWT (mercredi 16 septembre)

Onze annonces à 100m et plus dont 123m pour Alexey Molchanov, 115m pour William Trubridge, 108m pour Samo Jeranko et Goran Colak… Chez les femmes les grosses annonces sont principalement chez les Japonaises avec 90m pour Misuzu Okamoto (Hirai) et Hanako Hirose, 88m pour Sayuri Kinoshita 88m. Nataliia Zharkova annonce 87m.
Du côté de l’Equipe de France :
-Morgan Bourc’His 101m
-Stephane Tourreau 95m
-Patrick Poggi 91m
>>Aurore Asso 83m tentative de record de France<<
-Mathieu Vincent 80m
-Coraline Pennarguear 61m
-Lily Crespy 60m

annnonce cwt montage 2

  Molchanov, acte 2

Après un titre en poids constant sans palme il y a deux jours, Alexey Molchanov s’impose à l’issue d’une journée compliquée où beaucoup d’athlètes ont tourné. D’ailleurs la perf d’Alexey n’est pas totalement « white » puisque le russe réalise 122m au lieu des 123 annoncés et par conséquent il ne remonte pas le tag. Alexey prend un carton jaune et sa performance a été validée à -120m. Ce qui lui suffit largement puisque le second, Goran Colak réalise -108m (NR). Record personnel pour le Croate qui a trouvé un second souffle en mer après un championnat du monde piscine en demi teinte. Samo Jeranko, disqualifié pendant un temps, a gagné son « protest »; il est également deuxième exequo avec -108m (NR). William Trubridge, qui avait fait la seconde annonce, trébuche une fois de plus. Il ne valide pas son protocole. Il nous expliquera par la suite que ces plongées chypriotes interviennent trop tôt dans sa journée. Bref, le King n’est pas du matin (!).

 

goran

-108m (NR) pour Goran Colak qui a trouvé un second souffle en mer après un championnat du monde piscine en demi teinte

Les Japonaises dominent les mondiaux

Deux jours après le titre de sa compatriote Sayuri Kinoshita en CNF, Misuzu Okamoto (Hirai) devient championne du monde de poids constant avec 90m CWT (pour mémoire son record national est de 92m CWT). Rien de bien étonnant pour la Japonaise qui progresse avec beaucoup de solidité depuis des années. On peut résumer Misuzu en quatre mots : maîtrise, progressivité, prudence et modestie.
Misuzu Okamoto est exactement le type d’athlète qu’on aime voir sur une compétition d’apnée !

Sayuri Kinoshita prend la seconde place avec 88m. La japonaise est une vraie révélation sur ces mondiaux. Parmi les grosses annonces, Nataliia Zharkova échoue ce mercredi. Après une syncope en CNF, l’Urkrainienne syncope aussi sur le CWT après une plongée à -87m.  Toutefois Nataliia a fait un protest et a pu replonger le vendredi 18 septembre. Elle valide 80m (pénalités déduites) et prend finalement la 3e place. La Tchèque Jarmila slovenčíková aura gardé cette 3e place deux jours durant avec 74m. On notera que les deux seules syncopes ont eu lieues chez les femmes. Chez les hommes, on a beaucoup tourné (16 early turn).

okamoto copie

Et l’Equipe de France ?

-Morgan Bourc’His tourne à 91m alors qu’il avait annoncé 101m.
-Stephane Tourreau valide 95m.
-Patrick Poggi valide 91m.
-Aurore Asso ne valide pas son protocole après ses 83m  (tentative de record de France).
-Mathieu Vincent valide 80m.
-Coraline Pennarguear valide 61m.
-Lily Crespy syncope. Après un « protest » Lily a pu refaire sa performance le 18/09/16 et valide 60m CWT.

Aurore Asso ne valide pas sa plongée

Aurore Asso n’a pas validé pas sa plongée sur l’épreuve de poids constant des championnats du monde AIDA.  La Niçoise avait annoncé 83m CWT soit un mètre de plus que son propre record de France.  Aurore qui a dépassé depuis longtemps l’envie de médailles et de records n’est pas trop déçue. Retour avec elle sur cette perf mais pas que …

►FRANCE APNEE : Aurore, aujourd’hui sur les mondiaux AIDA tu as tenté d’améliorer ton propre record de France d’un mètre en portant la marque à -83m CWT. Malheureusement tu ne réalises pas ton protocole correctement en surface (DQSP). Peux-tu nous commenter cette sortie ?

► AURORE ASSO : J’ai été blessée à l’ischio jambier gauche en août ce qui a retardé mon planning d’entraînement à Nice et j’ai gardé une fragilité à cette jambe ici à chypre. Il m’a manqué quelques entraînements ici pour avoir plus d’aisance sur cette profondeur. A la sortie, je pense que j’étais un peu narcosée et un peu dans l’hypoxie, d’où le temps de réaction un peu long. Le juge a failli me mettre un carton blanc mais ce qui a été indiscutable c’est que j’ai dit « I am…;I am ok » au lieu de dire un clair et distinct ‘I AM OK » et point barre :-)
Le protocole de sécurité a été mis en place pour que dans des cas critiques comme ma sortie, il y ait des critères objectifs pour valider ou invalider une performance. J’ai dit en deux fois  » I am ok » donc je suis disqualifiée voilà tout.
A moi d’accepter dignement cette contreperformance pour rebondir plus profond !
Cette plongée me montre que je dois intégrer dans ma préparation annuelle plus d’entraînements visant à mettre le corps en état d’hypoxie.

►FRANCE APNEE : Et ta plongée ?

► AURORE : Cette plongée était magnifique, c’est pour cela que je ne suis pas tant déçue. Etrangement, j’en ai un bien meilleur souvenir que mon dernier record de France à 82 mètres aux Bahamas en décembre 2014 où j’avais à la surface, l’impression de revenir d’un champs de bataille…
Je ne plonge pas pour avoir des médailles ou des records, ils sont bien sûr une joie, un moteur de progression. Mais la raison profonde et viscérale pour laquelle je plonge depuis tant d’années est ailleurs. Je plonge pour calmer mes questionnements sur la vie, la mort, le perception du temps, la liberté, l’amour, l’égo, l’évolution de l’être humain, sa place dans la nature, son instinct d’exploration. L’apnée est pour moi une école de philosophie concrète sans laquelle je serais un être bien trop tourmenté. Ce matin, j’ai quitté la surface avec le sentiment d’être en continuité parfaite avec l’élément marin, l’esprit enfin libéré de la volonté de performance, la conscience totalement possédée par l’instant à vivre. Dans la chute libre, lorsque j’ai arrêté totalement de palmer, j’ai ressenti ce que je voulais ressentir depuis si longtemps : une aspiration totale dans un néant à la fois plein et vide. En acceptant la pression sur chaque cellule de mon corps, mon esprit a été un instant libéré de son enveloppe corporelle. Ca ne m’était jamais arrivé avant! Je dois imprimer cela dans mon cerveau pour aller plus profond. Quant à la remontée, à cause de la narcose que je découvre, elle m’a paru durer une seconde avec une seule pensée en boucle dans ma tête, la dernière phrase que m’a dit guillaume avant mon départ :  » ta monopalme est une fusée au bout des pieds ».

asso 2 daan

►FRANCE APNEE : Ton annonce du jour, 83m, était une annonce logique dans ta progression. Cette performance était à ta portée. Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné selon toi aujourd’hui ?

► AURORE : Il faut être humble et fair play et ne pas chercher trop d’excuses… Une contre-performance est une contre-performance. Il me manque quelques plongées à plus de 80 pour caler mon cerveau. D’ailleurs si je pouvais remettre la palme dans deux jours je retournerai à 83 !!

►FRANCE APNEE : Depuis le début de cette compétition on dénombre beaucoup de défaillances. Qu’est-ce qui d’après toi peut l’expliquer ? Est-ce que l’organisation est à la hauteur de l’événement ?

► AURORE : Ce n’est pas à moi d’en juger. Il faudra que les responsables de AIDA international, les juges présents et les organisateurs travaillent pendant de longues semaines en aval de ces championnats, non pas pour déterminer « les coupables » mais pour que ces erreurs ne se reproduisent jamais dans aucune compétition!

►FRANCE APNEE : Nous souhaiterions revenir avec toi sur l’incident de Guillaume Néry. Comment l’ as-tu vécu sur le moment ? Est-ce que les jours suivants ont été compliqués à gérer pour préparer tes mondiaux ? Morgan Bourc’His est clairement passé à côté de ses mondiaux en raison de cette affaire; qu’en est-il de toi ?

► AURORE : J’ai été totalement choquée. Quand je suis rentrée de l’entraînement et que je l’ai vu, j’ai fondu en larmes. J’ai réalisé qu’on aurait pu le perdre et que s’il n’était pas l’athlète qu’il est, c’est à dire super entraîné, super adapté à la profondeur et bien il ne serait plus là ! J’ai trois frères, mais à ce moment là, précis , j’ai réalisé que Guillaume est comme le quatrième, mon frère d’eau. On a commencé l’apnée ensemble, on doit ici être les deux apnéistes qui ont le plus de compétitions internationales dans leur épuisette ;-). Cela a été un coup au moral terrible pour l’équipe et pour toutes nos plongées. Et j’ai découvert encore plus qu’à aucun autre championnat ce que Esprit d’Equipe veut dire. D’abord parce que l’on a analysé et vécu tous ensemble cet accident pour le soutenir . Et d’autre part parce que au lieu de partir rejoindre sa famille tout de suite et de rester dans l’amertume, il a décidé de rester avec nous et de vivre ces championnats jusqu’au bout en épaulant notre capitaine Pierre. Il m’a coachée ce matin (merci Gui) et je pouvais sentir toute son énergie positive.

Stéphane Tourreau, meilleur perf’ de la French Team

stephane Tourreau

Avec 95m CWT, Stéphane Tourreau a réalisé la meilleure perf française et se classe 5e au général. Une belle place pour l’étoile montante de l’apnée profonde française. Entretien avec le Savoyard :

►FRANCE APNEE : Une 5e place sur des mondiaux de profondeurs, on imagine ta satisfaction. Quelle est ta réaction ?

► STEPHANE TOURREAU : Hallucinant, quand Alexander Bubenchikov (UKR) avec qui je partage cette place m’a annoncé 4e et puis 5e à 2 point du podium, je n’en revenais pas. Je ne l’ai pas cru, à la base on était la 12eme annonce !!
Un entrainement plus régulier sur 100m cet été m’aurait permis d’aller plus loin mais c’est aussi grâce à ça que l’on apprend et que l’on rebondit rapidement sur la suite il faut rester cool avec ça suite aux derniers évènements !

►FRANCE APNEE : Beaucoup d’athlètes n’ont pas honoré leur annonce, as-tu une explication ?

► STEPHANE : Les athlètes, pour beaucoup, ont le goût de la performance « max » hélas et on se rend rapidement compte que les championnats du monde c’est pas la compétition du quartier, mettre un bout de papier dans une boite c’est facile mais se retrouver sur le câble le jour J avec tout ce que cela représente pour tout le monde c’est une autre histoire.
Et les erreurs techniques, matériels ou autres sont forcément liées à ça car chaque perf sur les mondiaux sont faites dans les automatismes. On est plus occupé à gérer ces émotions qu’à penser à ce que l’on doit faire.
Et il est gourmand le cerveau je vous le dis !

►FRANCE APNEE : Revenons à ta descente à -95m. Comment s’est-elle passée ?

► STEPHANE : La perf commence 2 jours avant, j’avais commencé à visualiser plusieurs fois.
Beaucoup de concentration et recentrage le jour J pour me relâcher. Je savais que je devais automatiser entièrement ma plonger car mon esprit devais être le plus relâché possible pour garder le maximum d’énergie.
Emotionnellement la pré-compétition c’était le monde de « OUI-OUI » !!
Tout s’est bien déroulé, je me suis retrouvé en dessous des plaquettes le jour J, avec une coulée très rapide, comme souvent vous me direz… A la remontée entre 95 et 40m il se passe 15sec dans ma tête avec l’effet narcose, je savais que la sortie serait aussi sportive que sur mes max à l’entrainement. Toute la visualisation faite la veille m’a permis d’être précis à la seconde.
Marion Chavanne de mon club m’a parfaitement « driver » pour la perf’ et ca joue beaucoup… Merci encore!

►FRANCE APNEE : Il n’y a pas si longtemps Stéphane Tourreau était un homme pressé ! Dans les tous sens du terme d’ailleurs : vitesse de nage et surtout volonté de progresser en profondeur. Or avec une annonce à 95m, il semblerait que tu te sois assagi et que tu te projettes plus sur le moyen/long terme ! Tu confirmes ?

► STEPHANE : Je confirme pour la progression ;-) ! Je compte me préserver pour la suite et prendre plus de plaisir, je dois aussi plonger plus régulièrement profond pour préparer le corps. Ce que je faisais par block d’un mois jusqu’à présent…
Pour ce qui est de ma vitesse de nage même si je ralentis un peu le corps reste plus performant avec ce rythme et j’aime cette sensation de glisse et de vitesse dans l’eau !!

►FRANCE APNEE : Revenons au fait majeur de cette session chypriote, à savoir l’accident de Guillaume Néry et à son forfait. Tu étais sur place ce 10 septembre, comme as-tu vécu cette journée ? A-t-elle eu à ton avis des conséquences sur le plan sportif sur ces mondiaux ?

► STEPHANE : J’ai été très choqué sur le moment. Quand j’ai vu sa sorti je ne citerai pas les détails mais je pensais que nous venions de perdre un ami dans la minute…
Le soulagement fut énorme à son retour sur le pont. Je suis encore impressionné par sa capacité à se reconstruire aussi rapidement, cela montre son niveau et sa préparation exceptionnelle !

Je fais partie des gens qui en tire le constructif et cela m’a beaucoup fait réfléchir sur la sécurité et ce qui nous passionne dans notre sport, ce qui nous anime et que l’on va chercher… Cela m’a fait une belle prise de conscience.

Aujourd’hui il est présent comme coach et va orienter sa carrière je suis admiratif, avec beaucoup de respect pour la personne qu’il représente. Il est un moteur pour beaucoup d’entre nous!

 

3- L’immersion libre – FIM (le 19 septembre)

Pour la dernière épreuve des Mondiaux AIDA outdoor, quatre athlètes ont annoncé des perf au-delà de 100m : Alexey Molchanov 118m, William Trubridge 113m, Miguel Lozano 107m, Mateusz Malina 103m.
Sept Français seront alignés sur cette ultime épreuve :
-Rémy Dubern 92m,
-Thibault Guignes 82m,
-Thomas Bouchard 80m
-Aurore Asso 68m,
-Béatrice Bozon 60m,
-Lily Crespy 56m,
– Marion Chavanne 52m.
Aurore Asso ne tentera donc pas de battre le record de France de FIM de Sophie Jacquin qui est de 73m.

Thomas Bouchard (Photo Constantinou)

Thomas Bouchard (Photo Constantinou)

 

FIM

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *