Le web magazine 100% Apnée Saturday - Apr 21, 2018

Vertical Blue 2012 : Le Dean’s Blue Hole dans la légende


Rémy Dubern dans le Dean's Blue Hole
photo : Igor Liberti

Du 20 au 30 novembre 2012 s’est tenue aux Bahamas la fameuse compétition d’apnée en mer organisée par William Trubridge et son équipe: le Vertical Blue.

Will Trubridge dans son Dean's Blue Hole photo : Daan Verhoeven

Will Trubridge dans son Dean’s Blue Hole
photo : Daan Verhoeven

Les meilleurs « profondistes » de la planète se sont donnés rendez-vous en novembre dernier du côté de Long Island au Bahamas. Leur terrain de jeu pendant dix jours est le fameux Dean’s Blue Hole. Il s’agit d’une fosse naturelle de 202m de profondeur avec de l’eau chaude et aucun courant. Bref les conditions idéales pour réaliser des records. Ca tombe plutôt bien puisque certains champions comme Trubridge, Molchanov ou encore Néry sont là pour un record monde du monde en poids constants. Chez les filles on attend la pétillante Américaine Ashley Futral Chapman qui vise le record mondial en poids constant sans palme. Il y a aussi de nombreux athlètes présents pour valider un record national AIDA. Et beaucoup vont tomber!
19 filles et 31 garçons sont prêts pour s’aligner, au choix, sur trois épreuves mer: le poids constants (CWT), le poids constant sans palme (CNF) et l’immersion libre (FIM). A l’issue de la compétition un classement combiné récompensera les apnéistes les plus complets.
Côté français plusieurs garçons ont fait le déplacement. Guillaume Néry est là uniquement pour le poids constant avec au minimum un record de France à clef. Morgan Bourc’His veut briller sans palme et plus si affinité. Rémy Dubern n’est pas là jouer à l’apnéiste de sécurité mais au contraire pour montrer qu’il est un des meilleurs français en poids constant.

Voici la chronique d’une incroyable compétition qui n’a rien à envier à un championnat du monde:

DAY 1 : premier jour et un record du monde!

Pour ce premier jour de compétition tous les regards sont tournés ver la jeune américaine Ashley Futral Chapman. A 30 ans la championne commence à se faire un nom. Au cours de l’année 2012 elle aura validé un record du monde en CNF avec 65m. Record qui aura tenu 72h puisque la reine la l’apnée mondiale Natalia Molchanova l’aura porté à 66m. C’est cette profondeur qu’il faut battre.
L’apnéiste orginaire de Willmington (USA) annonce logiquement 67m. Vêtue d’une combinaison française de la célèbre marque au mérou, Ashley s’immerge pour reprendre ce qu’elle avait obtenu en mai dernier. « White card » et après le contrôle anti-dopage le record est homologué (voir l’interview d’Ashley).
Du côté du CWT masculin, ce premier jour est un échauffement! Molchanov, qui détient le record du monde à 125m, part se balader à 121m. La sortie est un peu rock’d roll. Mais après réclamation et visionnage de la vidéo la perf est validée. Quant à Néry, qui se remet d’embarras gastrique, il réalise 110m.
Les records nationaux commence déjà à tomber en poids constant: 90m pour le Tunisien Walid Boudhiaf ou encore 85m pour la petite japonaise Misuzu Hirai. Robert King plonge à 87m en FIM, record américain.
Le clan français baptisé « french mafia » pour l’occasion enregistre son premier record de France avec 82m en poids constant sans palme pour Morgan Bourc’His. Une plongée insolente de facilité. Un mois après les championnats du monde par équipe de Nice, le marseillais est encore en forme!

Néry/Dubern/Bourc'His, la French Mafia photo : Chloé Villaume

Néry/Dubern/Bourc’His, la French Mafia
photo : Chloé Villaume

 

DAY 2 : entrée en scène du king du CNF

Si William Trubridge a pour projet de battre le record de Molchanov en CWT, il a aussi envie d’être le plus complet de la compétition et de remporter le classement combiné. Ainsi pour ces 2e jour du VB2012, Will annonce et valide 97m en CNF. Rappelons qu’il détient le record du monde de la discipline avec 101m. Personne n’est en mesure d’aller le chercher sur ce terrain là durant la compétition.
Dans l’ombre du champion néo-zélandais un apnéiste venu d’Espagne va se révéler. Peu connu dans le circuit mondial, Miguel Lozano va frapper fort ce jour en descendant à 108m en FIM. Nouveau record d’Espagne pour Lozano qui n’a pas l’intention de s’arrêter là.
Le japonais Ryuzo Shinomiya présent sur cette compétition ne semble pas au top de sa forme, il tourne à 96m alors qu’il avait annoncé 105m.

 

DAY 3 : Trubridge acte 2

William est sur son terrain, le Vertical Blue est sa compétition. Aussi dans sa quête de victoire finale, aujourd’hui c’est en FIM qu’il plonge. Un aller-retour à 117m à la force des bras pendant plus de 4min. Une fois de plus il n’est pas loin de son record mondial à -121m qu’il avait réalisé lors du VB2011.
Le Niçois de la French Mafia n’a décidément pas de chance sur cette compétition! Après avoir été victime d’une intoxication alimentaire, Guillaume est maintenant la cible d’un scorpion! La vilaine bête s’est glissé dans la combinaison du champion français juste avant de s’envoyer sur 114m en CWT. Guillaume prend une pénalité d’un mètre car il n’a pas rapporté le tag en surface. Les sensations sont toutefois très bonnes et le record de France va sans doute tomber sous peu.
Quant à Ashley Futral Chapman, après son record du monde c’est le combiné du VB qu’elle vise en validant 76 en FIM. Elle aura toutefois face à elle la très charmante Tchèque Alena Zabloudilova qui a déjà validé 80m en FIM le premier jour et 86m en CWT la veille.

 

DAY 4 : The D Day! ou Le Choc des Titans! ou MOLCHANOV Vs TRUBRIDGE

Ce 24 novembre est LA journée de ce VB2012. En effet William Trubridge et Alexey Molchanov ont annoncé tous les deux 126m en CWT. Soit un mètre de plus que le record du monde du champion russe.
La journée de compétition est divisée en trois sessions. Alexey est le premier à partir de la deuxième session. Après 3’46 » de plongée Molchanov émerge sans difficulté et valide 126m en poids constant. Le protocole est net et sans bavure, World Record. Bref, la plongée parfaite! Juste après lui c’est au tour de Trubridge de descendre à la même profondeur. Malheureusement pour le résident du blue hole, l’alarme de son profondimètre n’a pas fonctionné correctement. Will n’ pas pu gérer correctement sa descente et s’est vu obligé de tourner à 108m. La compétition est loin d’être terminée mais Molchanov a désormais une avance sur le Néo-Zélandais en CWT.
Si le monde de l’apnée a les yeux rivés sur Molchanov et Trubridge, il n’en demeure pas moins que la journée est très riche. En effet Guillaume Néry réalise une plongée parfaitement maîtrisée à 118m. Une profondeur qu’il a déjà réalisée à l’entraînement mais cette fois c’est une nouveau record de France. Morgan Bourc’His a qui on a donné le surnom de Mister Perfect, réalise un record de France et d’Europe en CNF avec 86m en 3’06 ».
Une journée avec dix records nationaux et un record du monde (homologué à ce jour suite au contrôle anti-dopage).

 

DAY 5 : l’heure espagnole!

Alors que les principaux ténors de la planète freediving se reposent avant de reprendre leur folle course à la perf’, certains ont décidé d’en profiter pour s’envoyer comme il faut.
C’est d’abord le cas des espagnols. Jusqu’il y a peu l’Espagne n’était pas une grande nation de l’apnée en mer. Pourtant pendant ce VB2012 Miguel Lozano et Alfredo Roën sont en train de remettre les pendules à l’heure. Miguel, après une longue plongée de 4’11 », porte le record espagnol en FIM à 113m. Quant à son compatriote c’est un carton blanc en CWT avec 98m.
La Tunisie est aussi à l’honneur avec Walid Bouhdiaf. Celui-ci est loin d’être inconnu du circuit, toutefois sur cette compétition Walid prend une nouvelle dimension en s’approchant des 100m. Avec 96m en CWT c’est le record national tunisien.
C’est une journée décisive pour la victoire finale du côté des filles. Ashley Futral Chapman réalise 82m en CWT (record national américain) tandis qu’Alena Zabloudilova plonge à 62m en CNF (record national tchèque). La championne Tchèque prend la tête du classement combiné.

 

DAY 6 : Records du monde ou pas / Le Choc des Titans acte 2 / (deux titres possibles)

Les annonces du jour donnent le vertige. Les apnéistes du Dean’s Blue Hole ont décidé d’offrir du grand spectacle. En ce 26 novembre ce n’est pas moins de 14 records nationaux et 2 records du monde qui sont au programme. William Trubridge annonce 126m et Alexey Molchanov annonce 128m, tous deux en poids constants, la discipline reine de l’apnée.
Cette fois-ci c’est William qui part en premier de sa session. Il atteint le fond et après 3’42 » de plongée, le champion syncope en surface. Grosse désillusion pour celui qui voulait égaler le record. C’est au tour d’Alexey. Pas de record du monde pour lui en raison d’un carton jaune mais une incroyable plongée. La narcose n’est pas réservée au plongeur scaphandre. Les profondistes en apnée en sont également victime. Aussi, Molchanov, narcosé sur cette plongée profonde, n’a pas entendu l’alarme de son ordinateur. Surpris par son arrivé au fond, il a même dépassé le plateau puisque que son ordinateur à indiqué à son retour en surface 129.70m pour 4’03 »! Tout est confus au fond. L’athlète cherche à attraper le « tag » des 128m pendant une dizaine de secondes. En vain. Il remonte sans la marque, prend une pénalité d’un mètre, ce qui fait donc 127m. Toutefois l’attribution d’un carton jaune l’empêche de décrocher un nouveau record du monde. Mais nul doute que ce n’est que partie remise.
Pour Ashley c’est 81m en FIM et pour Alena c’est 90m en CWT. Du très haut niveau féminin.
Les français quant à eux maîtrisent leur art à la perfection. Les plongées réalisées reflètent une parfaite maîtrise. Pas de kamikazes du côté de la French Mafia. Guillaume réalise 121m en CWT et Morgan Bourc’His valide 88m, sa dernière plongée en CNF. Ce qui fait de lui le deuxième homme le plus profond au monde sans palme derrière Trubridge. Pour Guillaume et Morgan ce sont deux records de France et d’Europe.
Grande journée pour Rémy Dubern. Longtemps restés dans l’ombre des champions en tant qu’apnéiste de sécurité, Rémy réaliste son record personnel avec 94m en CWT. Autant dire qu’avec cette performance, on devrait le voir en tricolore en 2013 pour les championnats du monde individuel.

Rémy Dubern par Igor Liberti BD

Rémy Dubern avant 94m CWT, à ses côté Guillaume Néry photo : Igor Liberti

 

DAY 7 : A 3m du record du monde

Passés les ennuis du début du séjour. Guillaume Néry est à son pic de forme et annonce 123m.
Il est le premier à passer de la deuxième session. Après 3’32 », white card pour ce nouveau record de France et d’Europe. Guillaume se rapproche sérieusement du record du monde.
A la fin du VB, Guillaume a déclaré: «Au vu des sensations, j’étais plutôt confiant pour les 123m, mais j’avais un peu plus de tension au départ car c’était une annonce totalement nouvelle. Pendant la plongée, les sensations étaient globalement bonnes mais je n’avais pas beaucoup de marge sur la compensation au fond. J’ai été assez narcosé à cette profondeur. Plus fatigué à la surface que sur la plongée à 121, mais toujours très bien même si elle a été plus éprouvante. A la récupération j’ai senti que j’avais beaucoup sollicité mon organisme.»
En cette fin de compétition, Morgan Bourc’His a décidé de chausser sa monopalme pour se balader à 95m.
Belle journée aussi pour les Espagnols. Lozano avec 117m, devient le 3e homme le plus profond au monde en FIM derrière Trubridge et Nitsch. Sa plongée a duré 4’21 »… interminable quand est en surface! Son compatriote Roën aligne 3 chiffres en CWT avec 101m. L’Espagne est maintenant dans l’élite de l’apnée mondiale.
Japonaise Misuzu Hirai plonge 90m en CWT. Elle est désormais à 11m du record du monde de Molchanova.

Néry après 123m CWT  photo : Igor Liberti

Néry après 123m CWT
photo : Igor Liberti

 

DAY 8: duels au sommet

La fin de la compétition approchant, certains athlètes essaient de compléter leur tableau des perf’ pour bien figurer au classement généralement. Chez les hommes on assiste au duel Trubridge-Molchanov pour la victoire finale. William joue la prudence et valide 121m en CWT, ce qui est un record personnel en compétition pour le champion néo-zélandais. Alexey, quant à lui descend à 107m en FIM. Chez les filles, ce sont Futral Chapman et Zabloudilova qui s’opposent pour la première place. L’avantage est à la Tchèque qui réalise 65m en CNF alors qu’ Ashley syncope après une tentative à 87m en CWT.

 

DAY 9: trois records du monde attendus et beaucoup de fatigue

Pour ce dernier jour du Vertical Blue des apnéistes veulent abattre leur dernière carte alors que d’autres jouent la prudence car les organismes ont accumulé beaucoup de fatigue.
Le premier record du monde est tenté en poids constant avec 127m pour Alexey Molchanov. Eprouvé par sa plongée, le champion russe ne réussit pas à valider sa perf en surface. Les deux autres records du monde attendus sont en immersion libre: 122m pour Miguel Lozano et 123m pour William Trubridge. L’espagnol syncope et le néo-zélandais ne rapporte pas le tag. Finalement aucun record du monde ne sera tombé en cette ultime session.
Parfaitement lucide quant à la fatigue générale, Guillaume Néry a judicieusement annulé son ultime plongée qu’il avait prévu à -125m en CWT. Dans un premier temps Morgan Bourc’His avait déclaré la veille qu’il plongerait à 102m en CWT. Finalement pour ce dernier jour c’est à 100m que « Mister Perfect » a décidé d’aller. Soit 5m de plus que son record en compétition.
«Je me permets cette audace car je me connais, je sais que physiquement tout va très bien et que le seul point qui pourrait ne pas fonctionner ce serait la compensation. Les 95m ont été une très bonne plongée […] Ca va être une plongée vraiment pour le plaisir des 3 chiffres et malgré tout une plongée importante pour la suite : confiance en moi-même et sélection pour les championnats du monde» nous précise Morgan. Et quel plaisir pour le Marseillais qui rentre dans le club très fermé des profondistes à 3 chiffres en CWT. Après Guillaume Néry et Christian Maldamé, Morgan Bourc’His est le troisième français à atteindre cette profondeur d’exception. Sans aucun doute, Morgan est l’apnéiste français le plus complet autant en piscine qu’en mer. Un athlète d’exception.

Organisateur du Vertical Blue, William Trubridge en est aussi le vainqueur devant Alexey Molchanov et Robert King. Chez les filles c’est Alena Zabloudilova qui l’emporte. La Tchèque est suivie de près par d’Ashley Futral Chapman et de la japonaise Tomoka Fukuda.
Au final 65 records nationaux et 2 records du monde AIDA ont été validés durant cette édition 2012.

H finaux

 

F finaux

BONUS

INTERVIEWS:

Ashley Futral Chapman (traduit de l’anglais)

25u2jpf

1-Ashley, comment t’es-tu préparée avant le Vertical Blue?
Avec mon mari, Ren, nous vivons sur notre voilier et passons énormément de temps à naviguer dans les Caraïbes. Cette liberté qui m’est offerte, comparé à un travail soumis à horaires ou à d’autres obligations, m’a permis de faire de l’entraînement un mode de vie. Nous avons passé un mois entier à nous entraîner dur-dur avant le VB à l’endroit même de la compétition c’est à dire au Dean’s Blue Hole, ce qui nous a permis d’y être habitué.
Avant ça, nous avions passé l’année précédente à faire de l’apnée quand nous voulions, tout en participant à la compétition du « PFI Déjà Blue » en dans les îles Caïmans en mai et au Championnat du monde par équipe à Nice. On a aussi réussi à s’entraîner en apnée tout en enseignant ce sport toute l’année.
2-Comment as-tu vécu ta plongée à 67m en poids constant sans-palme?
En fait, mon record du monde en CNF était la plongée la plus facile de la compétition parce que j’avais déjà effectué cette plongée deux fois en entraînement. J’ai été à même de faire cette plongée en étant sûre de moi et en sachant que je pouvais la faire. Il n’ y a pas eu de surprise pour moi puisque cette plongée avait été préparée et répétée. J’étais très détendue et enthousiaste sur la plateforme avant le départ car je savais que j’en reviendrai avec un record du monde. Les cycles de démarrage se sont bien passés et cela voulait donc dire que j’étais libre de profiter d’une phase de descente très sereine. Mon diaphragme était super détendu car je n’avais pas du tout à me stresser à propos de la compensation en eaux peu profondes des plongées sans palmes. La confiance que je ressentais alors m’a permis une compensation parfaite. Une fois que j’ai eu atteint le plateau, et cela est vrai pour toutes mes plongées, j’ai senti que le plus dur était derrière moi. Il n’y a qu’un seul choix en fait à ce stade, lorsqu’on est tout au fond de l’océan, et c’est celui de remonter. Pendant la descente, ce n’est pas pareil, à chaque moment on peut choisir de faire demi-tour mais l’inverse n’est pas vrai pour la remontée.
Sur la remontée, j’ai trouvé le premier apnéiste de sécurité, Brian P, à environ 25 mètres et je me suis dit: « Mince! C’est déjà fini! » Le protocole de surface était nickel et le fête qui s’ensuivit exceptionnelle. Toute la compétition: les compétiteurs, l’équipe technique, ainsi que tous les gens sur la plage ont été extraordinaires. L’attitude et les ondes de la foule étaient vraiment encourageantes, aimantes, en un mot…c’était énorme!

3- Battre Natalia Molchanova ce n’est pas rien! As-tu envie de t’attaquer à son record du monde en poids constant (CWT) ?
Natalia est la meilleure apnéiste du monde. Elle est l’une des plus reconnue de sa génération, hommes et femmes confondus. Elle a mis la barre très haute en étant elle-même le propre moteur des records de la discipline. Ses performances de ces dernières années sont parmi les plus grandes réussites dans l’histoire de ce sport; et cela grâce à la diversité de ses records et la durée de temps où elle a été capable de les tenir. Ses exploits ont influencé tous les autres plongeurs, moi incluse. Toutes les autres femmes de la discipline doivent désormais s’entraîner plus dur, y consacrer plus de temps et être plus fortes qu’elles n’ont jamais eu à l’être auparavant. Il y a un certains nombre de filles dans ce sport en ce moment qui ont le zèle et la volonté de battre les records de Natalia. C’est une période vraiment excitante pour ce sport.

4- On t’a vu avec une combinaison française de la célèbre marque au mérou. As-tu un lien particulier avec la France?
Je suis très amie avec un français vivant ici aux Etats-Unis, c’est Eric Pinon. C’est le représentant américain pour les équipements de plongée H. Dessault. J’aime leurs combinaisons et j’essaye de soutenir Eric dans ses efforts pour faire connaître la marque à travers le pays. Grâce à Eric et après avoir rencontré quelques plongeurs français au Vertical Blue: Morgan, Guillaume, Rémi et Chloé. Et il est clair que les français sont mon équipe favorite de plongeurs…après les Américains bien sûr!

Version originale de l’interview d’Ashley
[Thanks for the interest and the opportunity to become involved with the Apnea publication. I would love to answer a few questions for you.
1. My husband, Ren, and I live on our sailboat and spend a lot of time sailing around the Caribbean. With this kind of freedom from a regular work schedule and other obligations, training becomes a lifestyle. We spent about a month training depth before Vertical Blue right there at Dean’s Blue Hole so we were also acclimated in time for the competition. Before this we had spent the entire year freediving attending the PFI Deja Blue competition in the Cayman Islands in May and Team Worlds in Nice, France. We also stay in freediving shape year round by teaching the sport.
2. Actually, the world record dive was the easiest dive of the competition. Because I had already completed the dive twice before in training I was able to execute the dive confidently, knowing that I could do it. There was no unknown element to the dive because it was rehearsed.
I was super relaxed and excited on the platform before the dive knowing that I would come up with a world record. The kick cycles went well meaning I was free to enjoy a super relaxed sink phase. Because I do not have to worry as much with equalization at the shallower depths of the no fins dives my diaphragm was relaxed. The confidence I felt left the equalization without issues. Once I reached the plate, and this is true of all of my dives, I feel the hard part is over. There is only one choice at that point, at the bottom of the ocean, and that is to swim up. On descent you can choose to turn at any moment but the same is not true of the ascent.
On ascent I met the primary safety diver, Brian Pucella at about 25 meters and thought, « Dang, it’s over. » The surface protocol was clean and the celebration after was stellar! Everyone at the comp, competitors, staff and everyone on the beach watching was so gracious. The attitude and vibe of the comp was supportive, loving and, well…bad ass.
3. Natalia is the best female freediver in the world. She is among one of the most dedicated men or women divers of this generation. She has set the bar high, achieving all self propelled discipline records. Her performances in the last few years are among some of the greatest achievements in sports history because of the diversity of her records and the duration of time she has been able to hold them. Her accomplishments have influenced other divers including myself. The rest of us women have to train harder, dedicate more and be stronger than ever before. There are several women out there right now with the dedication and attitude to break more of Natalia’s records. It is an exciting time in the sport.
4. I am good friends with a Frenchman living here in the States, Eric Pinon. He is the US rep for H. Dessault diving gear. I like the suits and try to support Eric in his efforts to grow brand recognition Stateside. Because of Eric and after meeting some of the French divers at Vertical Blue, Chloe, Remy, Morgan and Guillaume I’m pretty sure the French are my next favorite group of divers…next to the Americans of course!]

 

La parole à la French Mafia:

Comment avez-vous vécu ce Vertical Blue? Que retiendrez-vous de cette édition 2012?

Guillaume Néry:

C’était ma 3e participation. Le VB 2012 fut mon édition préférée. Editions précédentes étaient trop intimiste (une quinzaine d’athlètes). J’ai apprécié de me retrouver au sein d’une communauté de 50 athlètes. Sensations très positives, très agréablement surpris malgré un à priori mitigé car ce n’est pas mon endroit de plongée préféré. Les locaux sont très gentils, mais s’alimenter correctement est difficile, le trou est assez obscur en profondeur, et je suis loin du bleu clair et profond de ma méditerranée. Mais, force est de reconnaître que le concept de VB est le concept de compétition le plus adapté à la progression en apnée : peu de compétition entre les athlètes, mais entraide et émulation entre les athlètes, liberté dans les annonces, peu de contraintes, permet de s’exprimer au mieux. Heureux d’avoir participé et d’avoir pu optimiser mon potentiel. Reprise piscine en janvier, mais reprise mer pas avant février et tout en douceur.

Morgan Bourc’His:

Je connaissais le lieu car j’avais participé au championnat du monde individuel de profondeur en 2009. J’avais apprécié le Deans Blue Hole pour ces conditions exceptionnellement stables pour notre activité: pas de courant, pas de vagues, eau chaude, simplicité du matériel (une petite plateforme et une corde) et proximité du site (aucun bateau nécessaire). Ensuite, l’obscurité lors des plongées me plaisait également. Elle me permettait de me concentrer d’avantage pendant la descente, et je n’avais aucune appréhension de cette pénombre. J’ai retrouvé toutes ces conditions avec plaisir, et les sensations étaient identiques à ce que j’avais connu 3 ans plus tôt. C’était cependant ma première participation au Verticalblue. Je crois que ce fut la plus importante en terme de fréquentation, et l’organisation a été vraiment sans failles. Il faut cependant venir avec plusieurs livres et DVD sur Long Island, et aimer un peu nager en mer dans des conditions pas toujours évidentes. Hormis les entraînements et les tentatives pendant la compétition, il n’y a pas grand chose d’autre à faire sur cette île.
Enfin j’ai réussi à arriver en étant à un pic de forme. Difficile après le championnat du monde de Nice en septembre de garder un niveau optimal, et de me réapproprier une discipline (le poids constant sans palmes) que j’avais peu travaillé pendant l’année. 8 semaines entre les deux évènements c’est court et long à la fois. J’ai eu l’impression de beaucoup travailler physiquement et pas assez spécifiquement en mer. Les conditions à Marseille ont été correctes mais sans plus. Je n’ai pas pu réaliser autant de plongées profondes que je le souhaitais avant de partir. Mais au final, je ne m’en sors pas trop mal…

Rémy Dubern

C’était ma première grosse compétition de niveau mondial. Le Deans Blue Hole est un lieu mythique et je voulais absolument participer a Vertical Blue, une competition unique. Son concept fait que l’on peut annoncer plusieurs jours de suite la même discipline, s’améliorer. Ce sont donc 2 semaines dédiées à la progression ou tout les athlètes se motivent et s’entraident. Tout le monde se dépasse. L’environnement était idéal pour me concentrer sur mon objectif qui était de valider une plongée au delà des 90 mètres pour me sélectionner dans l’équipe de France AIDA et participer aux championnats du monde en 2013.
J’ai particulièrement apprécié le partage d’expérience avec Morgan et Guillaume, l’entraide et le super esprit qu’il y a eu entre nous. Ensuite concourir aux Bahamas est juste magique : la configuration du blue hole fait qu’il n y a pas un jour où les conditions ne sont pas idéales, et l’organisation de la compétition par William Trubridge était parfaite. Tout cela m’a permis de largement dépasser mon objectif dans un plaisir total, et de repartir ultra motivé pour la saison prochaine !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *