Le web magazine 100% Apnée Monday - Apr 23, 2018

INTERVIEW – Mondiaux AIDA : Aurore Asso « Je ne plonge pas pour avoir des médailles ou des records… »


bahamas 1

Aujourd’hui 16 septembre, Aurore Asso n’a pas validé pas sa plongée sur l’épreuve de poids constant des championnats du monde AIDA.  La Niçoise avait annoncé 83m CWT soit un mètre de plus que son propre record de France.  Aurore qui a dépassé depuis longtemps l’envie de médailles et de records n’est pas trop déçue. Retour avec elle sur cette perf mais pas que …

►FRANCE APNEE : Aurore, aujourd’hui sur les mondiaux AIDA tu as tenté d’améliorer ton propre record de France d’un mètre en portant la marque à -83m CWT. Malheureusement tu ne réalises pas ton protocole correctement en surface (DQSP). Peux-tu nous commenter cette sortie ?

► AURORE ASSO : J’ai été blessée à l’ischio jambier gauche en août ce qui a retardé mon planning d’entraînement à Nice et j’ai gardé une fragilité à cette jambe ici à chypre. Il m’a manqué quelques entraînements ici pour avoir plus d’aisance sur cette profondeur. A la sortie, je pense que j’étais un peu narcosée et un peu dans l’hypoxie, d’où le temps de réaction un peu long. Le juge a failli me mettre un carton blanc mais ce qui a été indiscutable c’est que j’ai dit « I am…;I am ok » au lieu de dire un clair et distinct ‘I AM OK » et point barre :-)
Le protocole de sécurité a été mis en place pour que dans des cas critiques comme ma sortie, il y ait des critères objectifs pour valider ou invalider une performance. J’ai dit en deux fois  » I am ok » donc je suis disqualifiée voilà tout.
A moi d’accepter dignement cette contreperformance pour rebondir plus profond !
Cette plongée me montre que je dois intégrer dans ma préparation annuelle plus d’entraînements visant à mettre le corps en état d’hypoxie.

►FRANCE APNEE : Et ta plongée ?

► AURORE : Cette plongée était magnifique, c’est pour cela que je ne suis pas tant déçue. Etrangement, j’en ai un bien meilleur souvenir que mon dernier record de France à 82 mètres aux Bahamas en décembre 2014 où j’avais à la surface, l’impression de revenir d’un champs de bataille…
Je ne plonge pas pour avoir des médailles ou des records, ils sont bien sûr une joie, un moteur de progression. Mais la raison profonde et viscérale pour laquelle je plonge depuis tant d’années est ailleurs. Je plonge pour calmer mes questionnements sur la vie, la mort, le perception du temps, la liberté, l’amour, l’égo, l’évolution de l’être humain, sa place dans la nature, son instinct d’exploration. L’apnée est pour moi une école de philosophie concrète sans laquelle je serais un être bien trop tourmenté. Ce matin, j’ai quitté la surface avec le sentiment d’être en continuité parfaite avec l’élément marin, l’esprit enfin libéré de la volonté de performance, la conscience totalement possédée par l’instant à vivre. Dans la chute libre, lorsque j’ai arrêté totalement de palmer, j’ai ressenti ce que je voulais ressentir depuis si longtemps : une aspiration totale dans un néant à la fois plein et vide. En acceptant la pression sur chaque cellule de mon corps, mon esprit a été un instant libéré de son enveloppe corporelle. Ca ne m’était jamais arrivé avant! Je dois imprimer cela dans mon cerveau pour aller plus profond. Quant à la remontée, à cause de la narcose que je découvre, elle m’a paru durer une seconde avec une seule pensée en boucle dans ma tête, la dernière phrase que m’a dit guillaume avant mon départ :  » ta monopalme est une fusée au bout des pieds ».

Aurore Asso par Daan Verhoeven

Aurore Asso par Daan Verhoeven

►FRANCE APNEE : Ton annonce du jour, 83m, était une annonce logique dans ta progression. Cette performance était à ta portée. Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné selon toi aujourd’hui ?

► AURORE : Il faut être humble et fair play et ne pas chercher trop d’excuses… Une contre-performance est une contre-performance. Il me manque quelques plongées à plus de 80 pour caler mon cerveau. D’ailleurs si je pouvais remettre la palme dans deux jours je retournerai à 83 !!

►FRANCE APNEE : Depuis le début de cette compétition on dénombre beaucoup de défaillances. Qu’est-ce qui d’après toi peut l’expliquer ? Est-ce que l’organisation est à la hauteur de l’événement ?

► AURORE : Ce n’est pas à moi d’en juger. Il faudra que les responsables de AIDA international, les juges présents et les organisateurs travaillent pendant de longues semaines en aval de ces championnats, non pas pour déterminer « les coupables » mais pour que ces erreurs ne se reproduisent jamais dans aucune compétition!

►FRANCE APNEE : Nous souhaiterions revenir avec toi sur l’incident de Guillaume Néry. Comment l’ as-tu vécu sur le moment ? Est-ce que les jours suivants ont été compliqués à gérer pour préparer tes mondiaux ? Morgan Bourc’His est clairement passé à côté de ses mondiaux en raison de cette affaire; qu’en est-il de toi ?

► AURORE : J’ai été totalement choquée. Quand je suis rentrée de l’entraînement et que je l’ai vu, j’ai fondu en larmes. J’ai réalisé qu’on aurait pu le perdre et que s’il n’était pas l’athlète qu’il est, c’est à dire super entraîné, super adapté à la profondeur et bien il ne serait plus là ! J’ai trois frères, mais à ce moment là, précis , j’ai réalisé que Guillaume est comme le quatrième, mon frère d’eau. On a commencé l’apnée ensemble, on doit ici être les deux apnéistes qui ont le plus de compétitions internationales dans leur épuisette ;-). Cela a été un coup au moral terrible pour l’équipe et pour toutes nos plongées. Et j’ai découvert encore plus qu’à aucun autre championnat ce que Esprit d’Equipe veut dire. D’abord parce que l’on a analysé et vécu tous ensemble cet accident pour le soutenir . Et d’autre part parce que au lieu de partir rejoindre sa famille tout de suite et de rester dans l’amertume, il a décidé de rester avec nous et de vivre ces championnats jusqu’au bout en épaulant notre capitaine Pierre. Il m’a coachée ce matin (merci Gui) et je pouvais sentir toute son énergie positive.

►FRANCE APNEE : Vas-tu t’aligner sur la dernière épreuve, l’immersion libre (FIM) ? Penses-tu aller chercher le record de France détenu actuellement par Sophie Jacquin avec -73m FIM ?

► AURORE : A chaque jour suffit sa peine. Ce soir je respire et demain on verra pour la suite de la compétition.

►FRANCE APNEE : Après ces Mondiaux, as-tu de nouveaux projets à nous annoncer ?

► AURORE : Dès que je rentre, je file à Paris terminer le montage de mon documentaire sur le Groenland. Puis, j’aimerais aller à la compétition Big Blue organisée par Estrella Navarro, début novembre pour faire un documentaire sur la mer de Cortez, Ses surnoms « Galapagos de l’Hémisphère Nord », ou « aquarium du monde » (Cousteau) ne vous font-ils pas rêver?
Cela sera l’occasion de poursuivre ma démarche entreprise avec les Cénotes et le Groenland : utiliser l’apnée comme vecteur de sensibilisation pour la protection des écosystèmes aquatiques. Et pour une fois, ce film sera l’occasion de montrer, non pas un milieu marin en perdition, mais une aire marine protégée dont la biodiversité est totalement rétablie : la «biomasse» a explosé de plus de 460 pour cent de 1999 à 2009 dans le Parc National de Cabo Pulmo!
Oui l’homme peut restaurer ce qu’il a détruit. Si nous n’en sommes pas convaincus, à quoi bon parler d’écologie ?
Merci Aurore, bonne fin de compétition et à bientôt sur France Apnée.

Photo : Costas Constantinou

Photo : Costas Constantinou

 

Propos recueillis le 16 septembre 2015 par LHN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *