Le web magazine 100% Apnée Wednesday - Oct 17, 2018

Interview de Morgan Bourc’His après son record de France à -90m (CNF)


morgan par Daan

Peu après le record de France de Guillaume Néry sur la pré-compétition de Chypre, Morgan Bourc’His a amélioré également son propre record national en poids constant sans palme cette fois avec -90m CNF. Après avoir interrogé Guillaume nous devions aussi nous tourner vers le champion du monde en titre en « sans palme ». La parole est donc à celui qu’on surnomme « Mister Perfect » au sein de l’Equipe de France AIDA :

►FRANCE APNEE : Morgan, quelle est ta première réaction à chaud après ton nouveau record de France avec -90m en poids constant sans palme?

►MORGAN BOURC’HIS : C’est une perf que je sentais à portée de brasse dans les derniers entraînements. J’ai validé un beau -85m qui m’a conforté dans ma préparation. Je devais tenter -90m le 6 septembre sans étapes intermédiaires mais ce premier jour de compétition a été annulé. J’ai quand même pu m’entraîner ce jour là et valider -86m avec un fort courant sur les 30 premiers mètres. Une performance plus engagée que celle d’hier!

►FRANCE APNEE : Dans état d’esprit es-tu arrivé à Chypre ? Comment se sont passées les dernières semaines d’entraînement en France ?

►MORGAN : J’arrive confiant, je suis très satisfait de ma préparation estivale entre Marseille, Nice et la Grèce. Mais au final, ma préparation pour ce championnat a vraiment débuté en mai avec un premier voyage en Egypte.

►FRANCE APNEE : Cette mini-compétition de Chypre se déroule quelques jours avant le début des championnats du monde, ne crains-tu pas d’y laisser de l’influx physique et/ou mental ou est-ce fondamental pour arriver au top ?

►MORGAN : Je fais bien attention à ma récupération. Je suis aussi habitué à ce type d’évènement pré-championnat. Les entraînements officiels hors pré-compétition se font dans les mêmes conditions, avec un top officiel et un timing, certes un peu moins rigoureux. Et valider des premières performances renforce la confiance.

►FRANCE APNEE : Une question classique : comment as-tu vécu cette fantastique plongée à -90m (avant/pendant/après)

►MORGAN : Nous sommes dans la même chambre avec Guillaume. Si pour ma part j’ai toujours une petite montée de stress dans l’après-midi avant des plongées engagées, le soir je suis plutôt serein. Guillaume n’était vraiment pas confiant avant que nous nous endormions par contre. L’engagement mental que lui demande de telles profondeurs, malgré qu’il soit très bien préparé, à l’écoute de ses sensations, l’affecte toujours la veille de ses performances. D’autant plus, il plongeait pour une nouvelle marque personnelle. Nous avons beaucoup parlé pour dédramatiser la situation et le rassurer. Il a du s’endormir vers 3h (!) et au delà des 2h pour moi. Le réveil était programmé à 6h45. Je n’étais pas des plus confiants pour aller plonger au vu de la nuit! Mais une fois dans l’eau, toute la tension et la fatigue se sont relâchées. Je me laissais bien-sûr le droit de tourner avant en fonction de mes sensations et parce que je ne me sentais pas au mieux de ma forme, mais ça ne m’a pas effleuré l’esprit une seule fois pendant la descente. Toute la plongée dans son ensemble était remplie de sérénité. Après le premier mouvement en bas pour la remontée, j’ai su que j’étais en bonne voie pour valider ma plongée. La compensation était bonne, la narcose m’a demandé d’être un peu plus attentif au bout de quelques brasses et concentré sur la corde qui défilait devant moi, mais sans tout cela dans le calme et la concentration. Le protocole était très solide. Si j’étais dans mes limites à -89m en 2013, je n’y étais pas pour cette plongée à -90m. Je ne prétends pas avoir 10m de marge non plus!

Guillaume Néry au plus près de Morgan peu avant sa plongée à -90m

Guillaume Néry au plus près de Morgan peu avant sa plongée à -90m (photo : Daan Verhoeven )

►FRANCE APNEE : Ton collègue et ami Guillaume Néry a réalisé aujourd’hui une des plongées les plus profondes jamais réalisées au monde en poids constant avec -126m (soit à deux mètres du WR). Quelle est ta réaction ?

►MORGAN : Au vu des conditions psychologiques dans lesquelles il a réussi sa plongée, je suis très content pour lui. Nous avons fait un bon bout de préparation ensemble cet été entre la Grèce et Nice. Je connais son potentiel fabuleux sur cette discipline. Il doit juste parfois se faire accompagner, et c’est normal lorsque l’on réalise de telles performances. Son protocole est d’une facilité déconcertante. Je sais très bien que le record du monde est à sa portée.

►FRANCE APNEE : Guillaume à -126m CWT mais aussi Rémy Dubern à -70m CNF, Stéphane Tourreau à -97m CWT, Patrick Poggi à -98m CWT à l’entraînement, Aurore Asso à -81m CWT… et tout ça aujourd’hui ! C’est du costaud cette équipe de France AIDA pour ces mondiaux de Chypre. Qu’est-ce que cela t’inspire ?

►MORGAN : C’est fondamental pour l’esprit de groupe. Dans l’équipe AIDA France, pour un championnat du monde individuel, nous avons toujours été attentif à l’esprit d’équipe. S’il existe une ou deux locomotives c’est très bien mais si chaque membre est en plus proche de son maximum quelque soit son niveau, ou en pleine progression, et confiant, l’émulation est plus grande. J’espère que tous mes équipiers seront satisfaits de leur championnat. Loic a toujours dit que l’apnée était collective, indépendamment du contexte. Mes équipiers se sont occupés de ma sécurité lors de certains entraînements en France, tout comme je l’ai fait pour eux. Alors je ne joue pas ma carte personnelle seule dans mon coin. Je la joue avec un groupe qui me pousse derrière. Et je serai content pour eux s’ils réussissent leurs objectifs.

►FRANCE APNEE : Avec cette perf du jour tu as envoyé un signal fort à William Trubridge ! Vas-tu jouer comme en 2013 la carte de la prudence et de la maîtrise ou vas-tu essayer de bousculer le Néo-Z ? On rappellera que Trubridge a record du monde de la discipline avec -101m mais qu’il rate régulièrement ses plongées au-delà de 90m…

►MORGAN : Je sais bien que je suis observé, et je suis le champion du monde en titre. Mais je suis toujours l’outsider évidemment. Je reste derrière les favoris en terme de performance absolue. Je resterai toujours prudent sur un championnat du monde. Le jour J, la pression n’est pas la même que lors d’une simple compétition. Mais je sais aussi que je résiste bien à cette pression depuis plusieurs années, comme en 2013.

►FRANCE APNEE : Penses-tu « perfer » à nouveau avant lundi 14 septembre, jour de ta perf en CNF aux Mondiaux ?

Je ne penses pas. Il reste encore un jour de pré-compétition le 10 et je pourrais descendre un peu plus bas officiellement en CNF. Mais je ne suis pas sûr que ça en vaille la chandelle, et ça peut potentiellement aussi me mettre dans le rouge car c’est une plongée engagée. Je peux la rater, avoir une défaillance. Je pense très probablement faire une descente en CWT plaisir, proche de mon max. Les plongées à la palme sont beaucoup plus « récréatives » pour moi. Moins physiques moins engagées, moins dures psychologiquement. Mais ce qui est sûr c’est qu’à partir du 10 au soir, je ne plonge plus.

morgan par Daan 2

Le « tag » des -90m CNF (photo de Daan Verhoeven)

Nous te souhaitons une bonne fin de prépa et une bonne compétition.
Merci Morgan et à très vite sur France Apnée.

 

Propos recueillis le 08/09/2015

photo de notre partenaire Daan Verhoeven

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *