Le web magazine 100% Apnée Thursday - Jul 20, 2017

INTERVIEW – Coraline Pennarguear, « … Je suis très déçue… »


Pennarguear par G.Estève

Championne de France de poids constant (CWT) pour la seconde fois cette année, recordwoman de France  fédéral de la discipline, meilleure perf françaises aux championnats du monde AIDA à Chypre  … Et pourtant, Coraline Pennarguear n’a pas été sélectionnée en Equipe de France FFESSM pour les championnats du monde CMAS qui se tiendront dans quelques jours en Italie. Cette jeune athlète de 29 ans, en pleine progression, est très déçue. Et on la comprend; elle suivra donc la compétition depuis la Bretagne où elle vit. France Apnée a voulu en savoir plus sur cette improbable non-sélection. Toutefois cette interview fut surtout l’occasion de découvrir une championne discrète mais talentueuse et prometteuse.

Rencontre…

►FRANCE APNEE : Coraline, en quelques saisons ton nom est devenu incontournable sur le circuit de l’apnée profonde française mais le grand public qui suit l’apnée te ne te connaît pas forcément. Alors, peux-tu présenter ?

► CORALINE : J’ai 29 ans, je viens du nord Finistère, et je suis interne en anesthésie et réanimation. Je suis actuellement en disponibilité pour 6 mois, et j’en profite pour faire tout ce que je n’ai pas le temps de faire quand je travaille: habiter au bord de l’eau, faire de l’apnée, avoir un potager, avoir du temps… juste vivre en fait!

► FRANCE APNEE : Depuis quand fais-tu de l’apnée ? Qu’est-ce qui t’a conduit à faire de la compétition ?

► CORALINE : J’ai commencé l’apnée il y a 6 ans à Brest, mais uniquement en piscine et avec l’idée de faire un jour de la profondeur. Je me suis réellement mise à la profondeur avec François Steers quand j’habitais en Guadeloupe il y a 3 ans. J’aime la compétition parce que c’est une excellente motivation pour s’entraîner et se dépasser. Il y a toujours une émulation avant une compétition que je ne parviens pas à retrouver autrement.

► FRANCE APNEE : As-tu pratiqué un autre sport auparavant à haut niveau ?

► CORALINE : J’étais en sport-étude planche à voile au lycée, j’ai passé à peu près toute mon adolescence sur l’eau en entraînements et en compétitions!

► FRANCE APNEE : Qu’est-ce qui te plait dans l’apnée en profondeur ?

► CORALINE : Tout ! J’aime ce que j’y vois: la mer, le bleu, la lumière, les petits cténophores; j’aime ce que j’y ressens: la concentration avant la descente, le calme, la douceur de l’eau, sa pression, sa chaleur, sa fraîcheur. À la descente j’aime la puissance et la glisse de la monopalme, puis la chute libre où je m’endors tout doucement, et à la remontée, on tend vers la lumière, j’ai l’impression de revenir sur terre après un voyage avec juste moi. C’est à chaque plongée un voyage au calme.

Coraline 1 copie

► FRANCE APNEE : As-tu un modèle dans le monde l’apnée  ?

► CORALINE : Je n’ai pas spécialement de modèle mais je pense souvent à Sidney Régis, un ami apnéiste martiniquais avec qui je plongeais quand j’habitais aux Antilles, et qui prône la patience et le plaisir avant tout.

► FRANCE APNEE : Tu nous as dit que tu habitais en Bretagne, comment fais-tu pour t’entraîner en profondeur ? N’est-ce pas un peu compliqué ? As-tu un coach qui s’occupe de toi personnellement ?

► CORALINE : C’est plus que compliqué !! Je ne m’entraîne quasiment pas en Bretagne, sauf de temps en temps en carrière, où l’eau est froide et où l’on ne voit parfois pas ses pieds tellement l’eau est trouble. C’est difficile mais c’est un bon entraînement! Cette année je suis allée m’entraîner 10 jours aux Canaries en début de saison, et ensuite je suis descendue sur Nice et Marseille à 2 reprises. J’ai un coach privé à la maison, Mikaël, avec qui je partage ma vie! François Steers et Nicolas Girardin me donnent aussi leurs conseils à distance.

► FRANCE APNEE : Et la piscine ?

► CORALINE : … hum! C’est pratique pour maintenir un niveau d’apnée toute l’année mais ce n’est pas ce que je préfère, et là où j’habitais cette année, c’était compliqué au niveau logistique.

► FRANCE APNEE : 2014 vice Championne de France, 2013 et 2015 Championne de France FFESSM en poids constant (CWT). C’est déjà du lourd ! Peux tu nous détailler ton palmarès (fédéral et AIDA) ?

► CORALINE : C’est bien ça pour la FFESSM, avec des perfs allant de 48m en 2013 à 58m les 2 dernières années (actuel record de France FFESSM). En AIDA, j’ai gagné le Nice Abyss Contest en 2013 avec 57m, et je finis 3ème en 2014 et 2015 avec 58 et 56m en CWT. J’ai participé aux championnats du monde AIDA en 2013 où j’ai validé 52m et terminé 13ème.Cette année lors des championnats du monde AIDA je termine 12ème avec 61m, toujours en CWT.

Coraline avec Aurore Asso et Alice Modolo (photo : Anne Maury)

Coraline avec Aurore Asso et Alice Modolo (photo : Anne Maury)

► FRANCE APNEE : Il y a peu aux championnats du monde outdoor AIDA tu as réalisé 61m en poids constant, c’est la meilleure perf’ française. Peux-tu nous la raconter ?

► CORALINE : La veille je venais de passer la barre des 60m qui me titillait depuis plusieurs années. J’ai hésité avant d’annoncer un nouveau PB en compétition. La plongée en elle-même, a été un peu épique… La phase d’immersion a été très longue, j’ai eu du mal à me décrocher de la surface puis à me stabiliser pendant la chute libre; j’ai palmé un peu plus longtemps que d’habitude pour être sûre de bien couler. À la remontée il s’est passé quelque chose de bizarre: j’entendais tchong-tchong contre ma palme à chaque ondulation, j’ai cru que j’avais cassé ma palme, j’ai regardé et n’ai rien vu de particulier. Le bruit s’est arrêté et j’ai continué ma remontée comme d’habitude. C’est pendant mon protocole de sortie qu’Alex (Jankéliowitch), apnéiste de sécu, m’a dit avec un sourire en coin, qu’il avait quelque chose à m’annoncer… j’avais fait toute la plongée avec la frite qui me sert à me flotter pendant ma préparation avant le top officiel!! C’était donc ça le bruit… Elle s’était bien calée entre mes chaussons de mono, et elle a dû me quitter entre -40 et -30m à la remontée. Voilà ma plongée des championnats du monde… j’aurais aimé qu’elle soit plus belle mais elle est finalement très drôle! Et ma frite a gagné le titre de deepest noodle in the world!

► FRANCE APNEE : Que retiendras-tu de ton séjour chypriote ?

► CORALINE : La rencontre d’apnéistes et maintenant amis français et du monde entier.Une équipe AIDA pleine d’entraide et de bonne humeur, qui a su rebondir après l’erreur de l’organisation pour Guillaume.Ne jamais faire confiance à qui que ce soit pour la sécurité en apnée profonde. Ne plus JAMAIS plonger avec une frite!!

► FRANCE APNEE : Avant de quitter Chypre tu t’es offert un Personal Best à l’entraînement avec une performance à -66m CWT. Tu peux nous en dire plus ?

► CORALINE : Après mes 61m en compétition, j’avais encore envie de progresser et je sentais que je pouvais aller plus loin. J’ai donc profité de la structure des championnats du monde pour continuer l’entraînement avant la fin de la compétition. La plongée à 66m s’est très bien passée, la chute libre étant de plus en plus longue, je m’endors de plus en plus à chaque descente, et je commence à ressentir une petite narcose, avec la sensation d’être comme dans du coton. La compensation ne m’a pas posé de problèmes mais je pense qu’il va être temps de troquer mon masque pour un pince-nez… A la sortie, j’étais ravie de constater que j’avais plongé sans frite, et que je n’étais pas du tout limite au niveau de l’apnée ni au niveau des jambes. Je peux donc aller encore plus loin!

Coraline 2 copie

► FRANCE APNEE : Dans 10 jours auront-lieu les championnats du monde CMAS à Ischia en Italie et à notre grande stupéfaction tu ne fais pas partie de l’Equipe de France FFESSM. Comment l’expliques-tu ? As-tu décliné une sélection ?

► CORALINE : Non je n’ai pas décliné de sélection, je n’ai juste pas été sélectionnée. Les sélectionneurs ont peut-être oublié de regarder les résultats du championnat de France ?

► FRANCE APNEE : Est-ce que tu vis cela comme une injustice ou est-ce que tu acceptes cette décision du DTN ?

► CORALINE: Il s’agit d’une décision collective de la part des sélectionneurs et non d’une décision du DTN seul. Je suis très déçue de cette décision qui ne me paraît pas juste. Les sélectionneurs ont pris en compte des performances de début de saison sans se renseigner sur la progression pendant l’été. Pour ceux qui n’ont pas fait de compétition cette année, ils ont tenu compte de perfs réalisées les années précédentes. Cela fait preuve d’une grande méconnaissance de notre discipline, où chacun sait que la profondeur gagnée en quelques semaines peut être perdue aussi rapidement sans entraînement. Certains apnéistes ont été informés de leur sélection 2 mois avant la sélection officielle. S’agirait-il d’un manque d’objectivité, voire d’intégrité de la part des sélectionneurs? La fédé a ses habitués sur le circuit et ne souhaite probablement pas en changer. Pourtant, ne pas sélectionner un champion de France en équipe de France ne doit pas exister dans beaucoup de sports… Je comprends que l’apnée en profondeur soit une nouvelle discipline pour la FFESSM, mais ce n’est pas une raison pour bafouer les lois du sport.

[ NDLR : Sophie Jacquin sera la seule fille en Equipe de France pour les mondiaux CMAS ]

► FRANCE APNEE : A Ischia les italiennes seront difficiles à battre, penses-tu que tu aurais pu troubler leur jeu et être en embuscade pour accrocher un podium ?

► CORALINE : Je pense que ça valait la peine de me donner une chance. Je n’aurais pas pu aller chercher les 80m mais les 70 auraient été possibles.

► FRANCE APNEE : Quant aux autres disciplines « mer » comme l’immersion libre (FIM) ou le poids constant sans palme (CNF), as-tu déjà validé des perfs ?

► CORALINE : Non, jamais. Je fais beaucoup d’immersion libre à l’entrainement mais étant données les difficultés d’entrainement en Bretagne, je préfère me concentrer sur le CWT que je préfère. Un jour peut-être!

► FRANCE APNEE : Quels sont maintenant tes projets sportifs après cette saison à haut niveau qui s’achève ?

► CORALINE : Je veux continuer à m’entraîner, je suis en dispo jusqu’à début novembre donc il me reste encore un peu de temps. Je veux essayer de voir jusqu’où je peux aller!

► FRANCE APNEE : As-tu un dernier mot à ajouter à nos lecteurs en guise de conclusion ?

► CORALINE : Que ceux qui veulent essayer l’apnée en profondeur n’hésitent pas, c’est une merveilleuse discipline :)

Merci Coraline et bravo pour cette belle saison dans le bleu.

Coraline 4 copie

Propos recueillis le 26 septembre 2015 par LHN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *