Le web magazine 100% Apnée Tuesday - Jul 17, 2018

MONDIAUX AIDA – Interview de Morgan Bourc’His : « …aujourd’hui, je n’étais plus à 100%… »


photo : Daan Verhoeven

Les championnats du monde AIDA outdoor ont débuté lundi 14 septembre avec le poids constant sans palme. Le Français Morgan Bourc’His faisait partie des grands favoris pour le titre de champion du monde. Le Marseillais avait annoncé 90m CNF tandis que le Néo-zélandais William Trubridge avait annoncé 94m. Ni l’un, ni l’autre ont décroché l’or. Trubridge a syncopé. Si celui qu’on appelle le King du CNF est le recordman du monde en titre avec -101m, il n’en demeure pas moins qu’il a pris la fâcheuse habitude de régulièrement syncoper pour ses plongées au-delà de 90m. Quant à Morgan, c’est un protocole de 17 secondes au lieu des 15 secondes réglementaires qui a eu raison de sa performance. C’est finalement la 3e annonce, celle d’Alexey Molchanov, qui fut la bonne. Avec -85m le Russe devient champion du monde de poids constant sans palme.

Morgan Bourc’His, qui a été très marqué par l’accident de Guillaume Néry, n’était plus aujourd’hui en pleine possession de ses moyens physiques et mentaux. Retour avec lui avec beaucoup de sincérité sur des mondiaux qui s’annonçaient tellement prometteur. C’était sans compter sur un malheureux bout de scotch qui est venu enrailler la machine à gagner…

►FRANCE APNEE : Morgan, ce matin tu as plongé à -90m sans palme pour tenter de garder ton titre de champion du monde. Tu as été à deux doigts de réussir. Quelle est ta réaction ?

► MORGAN BOURC’HIS : J’avais déjà réalisé cette performance le 8 septembre, avec une maîtrise évidente. J’étais alors à ce moment là en pleine possession de mes moyens. Et puis vous savez tous ce qui est arrivé à Guillaume. Aujourd’hui je n’étais plus à 100% de mes capacités. Mon échec est logique, je n’avais pas -90m dans les bras et les jambes au vu des derniers évènements. Ça ne se joue à pas grand-chose, un protocole de 17s au lieu des 15 réglementaires. Je ne suis pas en samba, j’ai besoin de temps pour revenir tout simplement. Mais je suis trop marqué par l’hypoxie.
Je savais que William avait peu de chance de réussir, ces derniers entraînements ont été très chaotiques. Je n’avais pas forcément de pression par rapport à l’enjeu, je venais surtout pour moi et ma progression. Après, être deuxième annonce et savoir que le premier peut vaciller a du quand même me faire travailler l’inconscient.
►FRANCE APNEE : Comment s’est déroulée cette plongée ? Il faut rappeler à nos lecteurs que tu avais réalisé aisément cette performance il y a une semaine dans le cadre de la pré-compétition; ce qui t’avais permis de battre ton propre record de France AIDA.

► MORGAN : Suite à mon annonce la veille, la pression est montée progressivement, pour ne plus me quitter pendant la nuit, au matin, pendant le transport et ma préparation. Je me suis dit que sous l’eau, et c’est souvent le cas, la pression partirait. J’espérais me sentir un peu plus solide. Ma descente se déroule correctement, un peu juste en bas sur la compensation cependant. J’entame mon virage et je me dis que ça devrait le faire. J’entends le bruit du scooter sous-marin mais je ne me souviens plus exactement la rencontre avec les safeties. Pour le reste, tout est mécanique et reflex, mais sans vraiment être présent. Le temps d’apnée était tout à fait correct pour moi (3’21 à comparer avec les 3’28 de la précédente plongée le 8 septembre).

11922964_10152927170801741_7249995191729540324_o

►FRANCE APNEE : Depuis jeudi dernier avec l’accident de Guillaume Néry, on imagine que les jours qui ont suivi ont du être émotionnellement compliqués d’autant qu’on sait que tu es très proche de Guillaume. Est-ce que cet accident a eu un impact aujourd’hui sur ta perf ?

► MORGAN : Je suis arrivé fort et motivé sur cette compétition. Je ne m’étais jamais aussi bien préparé que pour ce championnat. Et lorsque je valide mes -90m à la pré-compétition, je suis renforcé dans cet état d’esprit. Mon protocole était solide. J’ai adoré la sensation de maîtrise sous l’eau. Guillaume réussissait -126m à la palme, nous étions au sommet de nos capacités. Et puis il y a eu cet accident, dévastateur, si inimaginable. Guillaume est encore parmi nous car c’est un athlète exceptionnel. A la suite de cela, nous nous sommes beaucoup investis par mail notamment auprès d’AIDA International, des organisateurs, avec quelques autres athlètes étrangers, pour faire évoluer toute l’organisation, faire pression. Ces quatre jours m’ont vidé de mon énergie et de mon envie. J’ai été clairement affecté dans ma plongée aujourd’hui, je n’étais plus à 100%. Le problème est que je savais tout cela, mais que je ne l’ai pas accepté. Je me suis retranché derrière mon annonce. Avec le recul, il est clair que j’aurai du annoncer moins. Mais tous ces évènements m’ont fait perdre ma lucidité.

►FRANCE APNEE : Dans quel état d’esprit étais-tu ce matin ?

► MORGAN : J’étais stressé comme jamais. J’ai peu dormi et mal. Je savais que j’allais à l’échec. Et je m’étais dit la veille qu’Alexey allait être champion du monde. Difficile de sentir que tout est écrit et de ne pas avoir le bon-sens de s’adapter, composer avec l’adversité pour arriver à modifier une part de l’histoire qui se déroule sous vos yeux. Je n’ai pas pu retourner le scénario à mon avantage, mais je n’en avais pas les moyens psychologiques. C’est toujours plus facile d’analyser après.

►FRANCE APNEE : Morgan, mercredi aura lieu l’épreuve de poids constant. Vas-tu y prendre part ? As-tu réussi à t’entraîner ces derniers jours sur cette discipline ?

► MORGAN : Je dois y prendre part même si je n’ai plus l’envie du départ. Je vais clairement voir mes objectifs à la baisse (-107m à l’origine) pour terminer sur une plongée paisible.

►FRANCE APNEE : Une dernière question, comment va Guillaume Néry ? Etait-il à tes côtés ce matin pour te soutenir ?

► MORGAN : Il se remet bien, heureusement pour lui. Il était mon coach, et il est très déçu bien entendu. Il est resté pour nous épauler tous. Il ne plongera pas pour l’épreuve mais il tient à finir avec nous.

Merci Morgan, bonne chance pour la suite et à très vite sur France apnée.

Propos recueillis par LHN le 14/09/2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *